Édouard Philippe : "Élaborons une stratégie au service de la France de 2050"

Dernière mise à jour : 19 févr.



Après Bastia mardi, l'ancien Premier ministre était en visite à Ajaccio mercredi pour y installer le comité municipal de son parti Horizons. Il s'est confié à Corse-Matin sur sa volonté d'élargir le débat public au-delà des sujets relevant de l'urgence

Votre visite s'inscrit dans la structuration de votre parti Horizons. En quoi consiste la création de ces comités municipaux et comment désignez-vous ceux qui les animent ?


Nous avons créé Horizons pour rassembler des femmes et des hommes qui se retrouvent dans les idées que l'on promeut et qui ont pour ambition de construire une stratégie, à vingt ou trente ans. Pour apporter des solutions crédibles, il faut agir avec cohérence et constance. Il faut réfléchir très clairement au point qu'on veut atteindre à long terme. C'est comme ça que les entreprises, les villes ou les pays qui réussissent fonctionnent. Je constate qu'en France, on passe beaucoup de temps à discuter de mesures techniques, de l'urgence. On en oublie de réfléchir à ce que l'on veut devenir en 2050.


C'est un constat que vous avez développé pendant votre séjour à Matignon ?


Non, cela fait longtemps que je constate cela. Mais peut-être que le rythme de Matignon a renforcé ce constat. Pour revenir à la stratégie, je veux remettre les maires au cœur du débat public national. Je veux aussi élargir et enraciner la future majorité, puisque l'objectif politique est de soutenir le président de la République dans son ambition de se faire réélire. Horizons doit servir à tout cela. Il y aura évidemment une activité nationale. Mais, au niveau local, nous avons fait le choix d'organiser le parti à l'échelon municipal. C'est assez rare. Nous considérons que la commune est l'échelon élémentaire du débat public. À ce jour, avec les fondateurs d'Horizons, nous avons créé 255 comités municipaux, dont trois en Corse à Bastia, L'Île-Rousse et Ajaccio. Je suis venu les installer parce qu'un parti politique, ce ne sont pas que des idées ou des désignations. Ce sont aussi des relations humaines, des rencontres et une capacité à partager.


Lire la suite via nos confrères de Corse Matin en cliquant ici.

L'INFO