Ajaccio : bientôt une unité médico-judiciaire à la Miséricorde ?




Un fait divers a récemment pointé le manque de service médico-légal. Cette absence handicape depuis des années les services de police et de justice. Le nouveau procureur de la République assure être sur le point de créer une unité dédiée aux victimes et aux auteurs d'agressions

Il y a une semaine, la famille Maamar a enfin pu enterrer son fils. Ce quinquagénaire repose désormais en paix au cimetière de Saint-Antoine. Son corps était resté deux longues semaines dans les frigos de la morgue pour raison administrative.


Retrouvé sans vie 15 jours plus tôt, au volant de sa voiture, sur un parking d'une résidence ajaccienne, le cadavre de cet intermittent du spectacle fut soumis à la procédure classique dans ce type de situation : découvert sur la voie publique, en état de décomposition avancé, il a été envoyé par la police pour autopsie. Objectif : lever l'obstacle médico-légal systématiquement posé lorsque les causes du décès sont difficiles à établir.


(Lire l'article complet chez nos amis de Corse Matin en cliquant ici)


L'INFO