AJACCIO : LITTLE CAPO SOUS SCELLES, LA DEMOLITION




Le 4 mars, les services de l'État assistés des forces de l'ordre ont procédé à la première inspection de Little Capo, l'établissement dont la démolition a été confirmée par le Conseil d'Etat en 2019. Les Valenti, locataires des lieux, racontent l'histoire d'un "infernal imbroglio juridique"

Le calme qui règne habituellement dans la petite anse de Capo di Feno, protégée des vents marins furieux, a été troublé il y a un peu plus d'une semaine par la venue d'une équipe des services de l'État, d'experts et d'un huissier, assistés des forces de l'ordre. Ces derniers ont procédé à une première inspection et diagnostic de l'établissement dit Little Capo, première étape pour sa démolition.

Celle-ci a été ordonnée par un jugement du tribunal administratif de Bastia en février 2016, confirmée en appel en janvier 2018, définitivement validée par décision du Conseil d'État en mars 2019. Verdict : la SAS PL Beach, représentée par Pierre et Lucile Valenti, exploitants de l'établissement de plage dit Little Capo, lieu-dit Valitella, sont condamnés à une amende de grande voirie "pour l'occupation, sans droit ni titre", de terrains situés sur le domaine public maritime (DPM). Ils doivent "remettre dans leur état primitif les lieux occupés sans autorisation".


(Lire l'article complet chez nos amis de Corse-Matin en cliquant ici)

L'INFO