Ajaccio : maintenances qui s'éternisent, le Dragon 20 cloué au sol



Durant plusieurs semaines, la base hélicoptère de la sécurité civile a été fermée pour cause de maintenance. Les syndicats pointent le nouveau prestataire, qui a remplacé Airbus Helicopters, le fabricant des machines. Ils militent par ailleurs pour le renouvellement de la flotte

Durant plusieurs semaines, le Dragon 20, l'hélicoptère rouge de la sécurité civile, est resté au sol. La durée de cette indisponibilité varie selon que l'on se place du côté de la direction de la sécurité civile ou bien des syndicats.

Entre la maintenance et une panne à l'issue de cette dernière, « la base d'Ajaccio est restée fermée sept semaines », estime Karim Abdelaziz, représentant du syndicat national du personnel navigant de l'aéronautique civile (SNPNAC). Alexandre Jouassard, chef de la communication et porte-parole de la sécurité civile, assure qu'il s'agissait « de quatre semaines de fermeture ».


Quoi qu'il en soit, Karim Abdelaziz préfère s'intéresser aux causes de cet arrêt forcé.

« Au départ, c'est un problème national. Ce qui rend la situation à Ajaccio dramatique », estime-t-il.

Cette situation prendrait son origine en 2021 au moment du changement de prestataire chargé de la maintenance. « Jusqu'à cette date, c'est Airbus Helicopters, fabricant des machines, qui avait le marché. Ils connaissent parfaitement les appareils et avaient à disposition toutes les pièces nécessaires. Mais en 2021, le contrat est allé au mieux disant et c'est donc le financier qui a le dernier mot. Mais au regard de la situation, in fine, ça coûte beaucoup plus cher », analyse le représentant SNPNAC.

Il s'explique : « Lorsque le nouveau prestataire a pris le marché, il n'avait ni l'expérience requise, ni le stock de pièces suffisant ». Il évoque un évènement récent pour témoigner des dysfonctionnements qu'il pointe. « Samedi, alors que nous venions à peine de rouvrir la base, le Dragon 20 a eu une panne. Nous avons contacté le prestataire qui n'était pas en mesure de régler le problème avant le lundi. Nous avons finalement eu l'autorisation de voler à nouveau seulement mercredi », confie-t-il.

Lire la suite via nos confrères de Corse Matin en cliquant ici


.

L'INFO