ALATA : UN CHATEAU DE LA PUNTA "VIRTUEL" OUVRES SES PORTES

Mis à jour : mars 3




L'édifice, fermé au public depuis plus de 40 ans à présent, prend le virage numérique. Ce qui, dans les prochaines semaines, permettra de visiter les lieux par écrans interposés. D'ores et déjà, un petit film est en ligne. En attendant la fin du chantier pour "monter" au château

Dans le courant de l'année, le château de la Punta, en surplomb d'Ajaccio, à près de 600 mètres d'altitude, pourrait bien ouvrir ses portes au public. Mais, la visite des écuries, celle du grand salon en passant par l'escalier monumental et le deuxième étage sera à vivre depuis chez soi, derrière l'écran de son ordinateur ou sur son smartphone.

Tout dépend. Les technologies utilisées devraient offrir des possibilités variées dès ce printemps. Le scénario est en cours de finalisation. C'est la solution digitale trouvée à court terme par le propriétaire de ces lieux chargés d'histoire, autrement dit la Collectivité de Corse, pour donner aux Ajacciens et à tous ceux qui le souhaitent accès en un clic, à "un édifice exceptionnel", "un joyau du patrimoine corse", selon les termes de Gilles Simeoni, président du Conseil exécutif de Corse, mais qui n'accueille plus personne depuis un peu plus de 40 ans à présent.


Et d'ores et déjà, il est possible d'avoir un avant-goût numérique du monument emblématique à flanc de montagne sur la commune d'Alata. La balade cette fois démarre sur le site de la CdC.

"Il s'agit d'un petit film réalisé avec un drone notamment. Il s'inscrit dans l'opération de mécénat en cours", commente Pierre-Jean Campocasso, directeur du patrimoine de la Collectivité de Corse.


Vues d'exception

L'objectif est de plonger l'internaute dans le contexte historique du château mais également de le sensibiliser au sort contemporain de celui-ci. Ainsi se dévoile la Punta au rythme de zooms et de points de vue d'exception à 360 degrés. Le regard porte sur divers détails architecturaux. Il est possible aussi de pénétrer à l'intérieur, quelques secondes durant, comme par effraction. Tout au long de ces instants privilégiés, une voix féminine est audible pour porter une information claire et précise aux visiteurs version 2.0. Ainsi rayonne le château de la Punta d'une manière complètement nouvelle.


Pour autant, ce petit "plus", si réaliste soit-il pour renouer avec le plus grand nombre, n'enlève rien à l'envie de se retrouver en tête à tête avec la bâtisse. Rien ne remplacera les retrouvailles physiques.

Et, à cet égard, on attend un signal fort. "Nous espérons, bien entendu, une fois que les travaux de restauration seront achevés que le château rouvrira au public. Il est fondamental que la population corse prenne conscience des merveilles qui se dressent sur son territoire dont le château fait partie", insiste Élisabeth Sanguinetti, présidente de l'association Les amis du château de la Punta.

Un point de vue que partage Alexandrine Pozzo di Borgo, une lointaine descendante du comte Charles-André, "l'ennemi juré de Napoléon". Depuis le centre de rééducation Les Héliades, à Fréjus, où elle se trouve en ce moment, entourée "d'une équipe de soignants aux petits soins", elle ajoute une note affective à l'affaire. Elle revendique un "lien sentimental au château et à l'histoire de la famille". "Lorsque je l'ai vu à l'abandon, il y a quelques années, j'en ai eu les larmes aux yeux. Je n'arrivais pas à y croire. J'ai hâte de le voir à nouveau ouvert, de le voir revivre. Ce jour-là, l'émotion sera terrible", confie-t-elle.

À chacun de ses passages dans l'île, elle fait le détour par la Punta pour jeter "un coup d'œil discret". Le travail mené par l'association la "rassure", la "soutient".


(Lire l'article complet chez nos amis de Corse-Matin en cliquant ici)

L'INFO