Catastrophe naturelle en Corse : un arrêté pour rien ?



Certains maires de Corse-du-Sud s'insurgent contre la formulation de l'arrêté de catastrophe naturelle reconnue seulement pour des "inondations et coulées de boue" et non pour les vents cycloniques qui ont pourtant causé la grande majorité des dégâts


Si c'était pour nous dire de nous retourner vers nos assureurs, ce n'était pas la peine de se déplacer jusqu'en Corse'', fulmine Christian Cardi. Le maire de Partinello fait allusion aux déclarations de Gérald Darmanin, le jour même de la tempête. Le ministre évoquait alors des vents cycloniques et un phénomène météorologique aussi violent qu'imprévu et promettait la reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle. Quelques jours après l'arrêté publié au Journal officiel, plusieurs maires de l'ouest insulaire sont sévèrement critiques. L'état de catastrophe naturelle est en effet reconnu pour 73 communes de l'île pour des dégâts causés par des "inondations et coulées de boue", phénomène qui n'a touché qu'une poignée d'entre elles.


(Lire l'article complet chez nos amis de Corse-Matin en cliquant ici).

| L'ACTU