FESTIVAL AIO A AJACCIO : L'EXPERIENCE DU PASS SANITAIRE



Avec ses jauges à 6 000 personnes, le colosse a particulièrement souffert de la crise. Le 14 janvier 2020, la société Key prod de Michel Marti qui organise le festival à Ajaccio avait fait venir l'humoriste Kyan Khojandi à Bastia. Depuis, pas la moindre scène à se mettre dans les oreilles.

Un vide d'autant plus déprimant qu'il n'a été rythmé que par les reports et les annulations des têtes d'affiche : M, le mentaliste Messmer, Kendji Girac, Soprano. « Les premiers signes encourageants sont intervenus à la fin du mois de février, développe Michel Marti, lorsque Roselyne Bachelot a évoqué pour la première fois le retour des concerts et manifestations culturelles. » Avec le dernier vote à l'Assemblée nationale, les choses se précisent. Aiò festivale pourra bien avoir lieu du 29 juillet au 2 août mais il divisera sa jauge par deux, passant de 6 000 à 3 000 spectateurs. Les recettes seront divisées par deux pour les organisateurs mais les artistes ont joué le jeu, « ils ont baissé leurs cachets d'un bon tiers », souligne Michel Marti.

Les artistes, justement. Après avoir vu leurs concerts reportés l'année dernière, Soprano, Slimane et Vitaa sont de retour. Un autre artiste très connu de la scène française sera également de la fête.

Le protocole sanitaire reste à finaliser avec la préfecture mais les grandes lignes sont connues, ce sont celles du tout nouveau pass sanitaire. « Il y aura huit entrées au Casone au lieu de quatre avec deux contrôles : les billets et le pass sanitaire. Pour ce dernier, il s'agira de présenter un test négatif (on ne sait pas encore si ce devra être forcément un PCR) à partir de 11 ans ou bien une attestation de vaccination ou de prise de sang justifiant la présence d'anticorps pour les personnes ayant été contaminées. Tout cela se fera sûrement à travers l'application Anticovid, mais nous attendons encore des précisions. »

Une fois à l'intérieur du Casone transformé en « green zone », les spectateurs seront assis et porteront obligatoirement des masques.

(Lire l'article complet chez nos amis de Corse-Matin en cliquant ici)

L'INFO