LA VILLE D'AJACCIO ENGAGE LA REGULATION DES MEUBLES DE TOURISME



Lors du conseil municipal de ce lundi soir, organisé en visioconférence, les élus ont unanimement validé l'ambition de mieux encadrer les locations non professionnelles. Si l'opposition nationaliste souhaite aller plus loin, des outils législatifs sont d'ores et déjà opérationnels

"Monsieur Miniconi, vous l'aviez voulu, c'était l'un des thèmes de votre campagne, nous l'avons fait." À l'heure du vote de la première délibération du conseil municipal, ce lundi soir, Christelle Combette, conseillère municipale de la majorité et présidente de l'office intercommunal de tourisme (OIT), a savouré la concorde des élus autour de la délibération qu'elle a elle-même présentée.

Pour tenter de freiner l'essor des locations de type Airbnb, le conseil municipal souhaite engager la régulation des meublés de tourisme

"Ce développement continu et croissant a des effets multiples. Tout d'abord, le risque de raréfaction des logements dédiés à la population permanente et ses conséquences sur l'inflation des loyers. C'est aussi une concurrence déloyale envers l'hébergement professionnel conventionnel. Et cela crée une iniquité de contribution de la population touristique à l'entretien et à la mise en attractivité du territoire", a détaillé Christelle Combette.

Comme le suggère ainsi Jacqueline Gourault dans l'entretien qu'elle a accordé à Corse-Matin (lire page 3 de notre édition du 27 avril 2021), des dispositifs législatifs permettent déjà d'encadrer ce phénomène commercial.

Le préfet de Corse, Pascal Lelarge, a d'ailleurs interpellé la majorité municipale sur ce sujet pour lui enjoindre de les adopter, comme l'a rappelé la présidente de l'OIT lundi soir.

(Lire l'article complet chez nos amis de Corse-Matin en cliquant ici)

L'INFO