SNSM d'AJACCIO : "LA SITUATION FINANCIERE ENGAGE NOS MOYENS OPERATIONNELS"



À l'orée de la saison estivale, le président de la station ajaccienne de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) alerte les pouvoirs publics et l'opinion générale sur les difficultés financières que l'association, basée sur le bénévolat, rencontre

Ils sont reconnaissables à leurs équipements orange. Les hommes et les femmes de la Société nationale de sauvetage en mer (SNSM) veillent sur la Méditerranée et ceux qui la sillonnent.

Cette association, reconnue d'utilité publique, est chargée d'intervenir en cas de secours à personne, de naufrage ou d'avarie, quand le Cross Med, qui centralise les appels de détresse, décide de mobiliser ses services.

La station d'Ajaccio, fondée en 1888, est en charge d'une vaste zone comprise entre la réserve de Scandola et la pointe de Capu di Muru. Installée depuis 2009 sur la base aéronautique navale d'Asprettu, la SNSM jouit depuis 2018 de locaux flambant neufs de 660 m2.

Mais ce confort tranche avec les difficultés que l'association connaît, chaque année, pour boucler son budget de fonctionnement. Armée exclusivement par des bénévoles, elle souffre d'un déficit de notoriété inversement proportionnel à son indispensable existence. Son président, Claude Ricci, s'est confié à Corse-Matin.

(Lire l'article complet chez nos amis de Corse-Matin en cliquant ici)

L'INFO