THEATRE, DANSE, SPORTS DE SALLE L'EXIL COMME DERNIER RECOURS



Les restrictions sanitaires poussent les associations sportives et culturelles à délocaliser leurs activités en plein air. La réorganisation est complexe, la pratique parfois inadaptée en extérieur. Le maintien du lien social exige des efforts supplémentaires mais les acteurs résistent

On s'adapte difficilement''. Irma Bertolucci, professeure et directrice d'une école de danse, résume la situation en quelques mots. "Lors du premier confinement, nous faisions des cours par Zoom, mais ce n'était pas pratique. On ne peut pas avoir de lien social à travers un écran, tempère-t-elle. De plus, avec les problèmes de connexion, pas tout le monde ne pouvait suivre la chorégraphie en même temps." En temps normal, les cours se déroulent dans les locaux de l'Associu u Tralaventu, à Bastelicaccia. Désormais, les restrictions sanitaires obligent Irma et ses élèves à se déplacer sur le parking.


(Lire l'article complet chez nos amis de Corse-Matin en cliquant ici)

L'INFO